lundi, avril 02, 2007

La douce émancipation sexuelle des Françaises [lefigaro]

Pour la première fois depuis 1992, une enquête de l’Inserm décortique les comportements sexuels des femmes.

Quelle évolution dans les pratiques sexuelles des Françaises ces 15 dernières années ? L’Inserm publie mardi une enquête baptisée «Contexte de la sexualité en France» qui fait le point sur la question. Deux enquêtes avaient été menées, l’une en 1970 et 1992.
Première évolution marquante, l’âge du premier rapport, qui rejoint celui des hommes : 17,6 ans en moyenne, contre 17,2 pour ces messieurs. En revanche, le nombre de partenaires différents reste plus élevé chez les hommes que chez les femmes : 11,6 contre 4,4. Mais le nombre de partenaires augmente chez ces dernières. Elles n’en déclaraient que 3,3 en moyenne en 1992. Il faut cependant préciser que les femmes, contrairement aux hommmes, préfèrent souvent ne pas évoquer leurs rencontres d’un soir.
Autre évolution, la vie sexuelle après 50 ans chez les femmes en couple. Elle est plus active qu’en 1992, avec 7,3 rapports par mois en moyenne contre 5,3 voici 15 ans. Une évolution paradoxale puisque les hommes déclarent eux le même nombre de rapports mensuels : 7,3.
L’homosexualité féminine est, sinon en hausse, du moins plus souvent avouée. 4% des femmes déclarent avoir eu des rapports sexuels avec une autre femme au cours de leur vie, une proportion proche de celle des hommes (4,1%). En 1992, elles n'étaient que 2,6% à déclarer avoir eu une telle relation.
Le boom des sites de rencontre
Les troubles de la sexualité restent plus fréquents chez les femmes. Elles sont 7,4% à avoir « souvent » des difficultés à atteindre l’orgasme, et 28,9% «parfois», contre seulement 2,5% des hommes.
Du point de vue de la prévention, le préservatif reste la norme : 90% des 18-24 ans ont utilisé un préservatif au premier rapport. Le SIDA reste, il est vrai, présent : 13% des personnes interrogées connaissent une ou plusieurs personnes séropositives.
Dernier point, la croissance des sites de rencontre. 9,6% des femmes et 13,1% des hommes de 18 à 69 ans se sont déjà connectés sur Internet. Un homme sur dix entre 20 et 24 ans a déjà eu des rapports sexuels avec une personne rencontrée sur Internet, contre 6% des femmes.


Sources : http://www.lefigaro.fr

Moi je dis qu'il faut multiplier les chiffres des femmes par 3 .. certes les femmes ne savent pas mentir mais elles savent très bien cacher la vérité ou passer à côté ;) n'est ce pas Mme Mlle ??


5 commentaires:

Massir a dit…

J'ai bien apprécié cette étude. Tu peux d'ailleurs la trouver sur Internet en fichier pdf.

Le chiffre qui m'a étonné, c'est le nombre de rapports sexuels: 8,7 par mois, c'est très peu non?

Cela fait environ 2 fois par semaines.

SaTaNiC_AnGeL a dit…

@massir : Moi aussi j'ai été un peu étonné par ce chiffre et effectivement lorsque j'ai posé la question à Ti monstre il m'a confirmé que c'est peu :P

N'oublies pas qu''ils ne comptent pas les rapports sexuelles en dehors de la vie du couple .. Chacun regarde ailleurs :D

Massir a dit…

Si, je pense qu'ils ont tout compté.

Pour les relations sexuelles au sein du couple, les chiffres sont nettement inférieurs.

Il y a certains couples qui peuvent rester 3 mois ou plus sans faire l'amour.

Je n'ai plus les chiffres en tête, mais lorsque je les avais lu, cela m'a étonnée.

Cette moyenne comprends des personnes de 18 à 69 ans. Il parait que les chiffres les plus importants concernent les jeunes de 18 à 24 ans, et les femmes de plus de 50 ans.

Ce qui est étonnant, c'est aussi le nombre de relations sexuelles avec un partenaire du même sexe.

Je me demande ce que donnerait une telle enquête chez nous.

lili a dit…

Pourquoi la France ? Parle de la Tunisie ou c'est le sujet tabou .. As tu cherché au moins s'il y a une étude tunisienne déjà faite concernant ce sujet ?

SaTaNiC_AnGeL a dit…

@massir : je penes que le rythme de la vie est un factuer perturbant dans la vie sexuelle à part les facteurs émotionnels et sentimentals, c'est tout à fait normal qu'on se lasse rapidement lors d'un rapport sexuel sans intensité, sans complicité et sans passion ..

@LiLi : Honnêtement je n'ai pas cherché à trouver une enquête concernant la Tunisie et je ne penses pas que je vais le faire non pas parcequ'il sagit d'un sujet tabou mais tous simplement car nos hommes sont assez macho et nos femmes sont assez réservées (elles font semblant de l'être) pour divulguer leurs soucis sur le plan sexuel.